Hors-série

Les maisons suspendues de Pont-en-Royans sont l’une des curiosités les plus atypiques du Dauphiné. Les visiteurs en oublieraient presque qu’elles sont habitées. 

Par Annick Berlioz

  • Martine, fière d’habiter dans une maison classée - Crédit photo : F. Pattou
Surplombant la Bourne, ces habitations ont été construites entre le XVe et le XVIIe siècle - Crédit photo : F. Pattou
Surplombant la Bourne, ces habitations ont été construites entre le XVe et le XVIIe siècle - Crédit photo : F. Pattou
Surplombant la Bourne, ces habitations ont été construites entre le XVe et le XVIIe siècle - Crédit photo : F. Pattou
Surplombant la Bourne, ces habitations ont été construites entre le XVe et le XVIIe siècle - Crédit photo : F. Pattou
Surplombant la Bourne, ces habitations ont été construites entre le XVe et le XVIIe siècle - Crédit photo : F. Pattou
Surplombant la Bourne, ces habitations ont été construites entre le XVe et le XVIIe siècle - Crédit photo : F. Pattou

A VOIR AUSSI

La rue du Temple et la rue de l’horloge : Un quartier où vivaient les riches commerçants protestants dans de belles maisons avec fenêtres à meneaux.

Le pont Picard : érigé au haut Moyen-Age, ce pont est à l’origine du développement du village.

Les moulins : depuis la prise d’eau sur la Bourne, un chenal emmenait la force hydraulique par un tunnel creusé en 1851 jusqu’à un grand moulin situé sous les maisons. Il servait aussi à moudre la farine et presser les noix. L’un d’entre eux est encore visible sous les maisons.

Battoirs à chanvre : ils témoignent de l’activité importante de tissage. On peut en voir un sous le pont.

Le musée de l’eau : situé en surplomb de la Bourne dans une ancienne usine à « organsinage » (filature de la soie), ce musée est consacré à l’eau sous toutes ses formes. C’est aussi un hôtel-restaurant.

« Je suis fière d’habiter ici. C’était mon rêve ! J’ai la chance de vivre dans une maison qui a une histoire ». Martine habite à Pont-en-Royans dans une maison suspendue : des étranges bâtisses construites entre le XVe et le XVIIe siècle à flanc de montagne au-dessus de la Bourne, rivière qui prend sa source dans le Vercors.

Elles sont le résultat de l’ingéniosité des hommes qui ont su s’arranger avec la montagne pour construire ce quartier hors du commun.

« A l’époque, Pont-en-Royans était un lieu stratégique pour les échanges commerciaux entre montagnards et gens de la plaine. Il a fallu trouver de la place dans ce village coincé entre rivière et falaise pour loger commerçants et marchands », explique Gilles Meeus, président de l’association patrimoniale Si Pont-en-Royans m’était conté.

Inscrites aux Monuments historiques depuis 1944, ces maisons ont de nombreuses particularités. Dans Les Mémoires d’un touriste, l’écrivain grenoblois Stendhal, qui avait un ami à Pont-en-Royans, décrit ces habitations avec des anecdotes croustillantes sur la manière dont on y vivait au XIXe siècle.

Les habitants remontaient l’eau à l’aide d’une poulie et pêchaient le poisson avec des filets soutenus par des cerceaux.

 

> DES MAISONS DE 11 ÉTAGES !

Des visites guidées organisées par l’office de tourisme permettent de découvrir des détails invisibles à l’œil nu.

Chaque maison est construite en colonne allant jusqu’à 11 niveaux avec parfois une pièce par étage.

« On accède à son appartement à partir d’un escalier en colimaçon qui part de la route amont. A l’intérieur, on devine les locaux commerciaux et les cheminements autrefois destinés aux animaux. Ces habitations étaient des unités de vie à part entière qui servaient de commerce, de ferme, d’entrepôt, d’atelier et de logement », commente Stéphanie, guide officielle, qui connaît par cœur l’histoire de Pont-en-Royans… et vous invite à parcourir les cinq siècles qui firent de ce village un lieu d’exception.

Office de tourisme de Pont-en-Royans - 04 76 36 09 10

Publié le : 
07 juillet 2016