ASSOCIATIONS

ILS S'ENGAGENT

Associations

UNE VITRINE POUR LA CRÉATION ARTISANALE

Par Sandrine Anselmetti


C’est une jolie petite échoppe située au pied de la tour médiévale, dans la vieille ville de Morestel. Regroupés au sein de l’association Arte Facto, créée en 2014, trois artisans d’art du territoire font vivre ce lieu, entre galerie et boutique : Didier Trotel, tourneur sur bois, Anaïs Humbert Wurgel, créatrice de bijoux en argent, et Marie Tsakonas, qui modèle des lutins et transforme des calebasses (cucurbitacées originaires d’Afrique).
 
Ils sont les artisans permanents de cette vitrine saisonnière, ouverte d’avril à fin septembre. Une dizaine d’autres artisans « invités » sont exposés temporairement, en dépôt-vente : peintres, céramistes, créatrices d’objets en lin ou en cuir…
 
“Notre objectif, c’est de promouvoir l’art et l’artisanat sur le territoire, grâce à ce local qui nous est loué à prix modique par la communauté de communes et par le biais d’expositions”, explique Marie. Didier, Anaïs et elle se relaient ainsi pour ouvrir les portes de cette échoppe artisanale durant toute la belle saison.
 
Située près de la Maison Ravier et donnant sur le jardin des Poètes, en contrebas de la tour, elle permet aux promeneurs et aux touristes de découvrir sur leur chemin des créations uniques : “Cela nous donne de la visibilité et nous permet de réaliser bien plus de ventes que si nous étions chacun isolé dans notre atelier.”
 
Un coup de pouce pour l’artisanat local doublé d’un plaisir pour les visiteurs, clients ou curieux !
 
Contact : 06 07 16 58 92 
 

LE SERVICE CIVIQUE COMME TREMPLIN

Par Annick Berlioz 

D’octobre 2016 à juin 2017, Dany Herrero, 21 ans, a effectué un service civique au Département sur le territoire de l’Oisans pour réaliser une cartographie des plantes invasives. Dany est l’un des lauréats de l’Institut de l’engagement.
 
Créée en 2012 par Martin Hirsch, cette association nationale repère les jeunes qui ont révélé leur potentiel lors d’une mission d’intérêt général. “Le service civique est un engagement volontaire ouvert aux 16-25 ans. Notre objectif est de valoriser cette expérience et d’accompagner les jeunes sélectionnés à l’issue de leur mission en les aidant à réaliser leur projet”, explique Hélène Vincent, directrice de l’antenne Auvergne-Rhône-Alpes, à Fontaine.
 
Tous les jeunes engagés dans un service civique peuvent candidater. Les lauréats bénéficieront d’un coaching sur mesure pendant un an.
 
Forte d’un réseau d’une cinquantaine de professionnels bénévoles en Isère, l’association propose du parrainage et des mises en relation ciblées. Des bourses peuvent être accordées.
 
L’Institut de l’engagement permet aussi aux jeunes d’entrer dans des grandes écoles et des universités. “Chaque année, Grenoble École de Management intègre cinq lauréats. D’autres établissements acceptent de dispenser les jeunes des épreuves écrites aux concours d’entrée.”
 
L’institut affiche un taux de réussite de 92 %. Au printemps dernier, il a retenu 500 lauréats, dont une trentaine en Isère.
 
Contact : 04 58 00 54 36
 
 
 
 

SAUVEGARDONS NOS FANFARES !

Par Marion Frison

Les batteries-fanfares, nées sur les champs de bataille pour transmettre les ordres militaires, sont composées d’instruments naturels – clairons, trompettes de cavalerie, tambours, grosses caisses… Outre leur aspect culturel, elles jouent un rôle essentiel dans l’animation de nos villages.
 
Elles sont pourtant de moins en moins nombreuses. “Grâce à l’évolution de leur répertoire, les batteries-fanfares ont connu leurs Trente Glorieuses entre 1970 et 2000. La suppression du service militaire et le développement des écoles de musique, qui a élargi le choix des instruments, les ont démodées. On n’en compte plus que sept en Isère, contre 35 il y a vingt ans, et elles risquent de disparaître”, alerte Jean-Luc Cottin, président de la Confédération musicale de France (CMF) de l’Isère. 
 
Cette association, créée en 1953 à Veyrins-Thuellin pour favoriser la pratique musicale collective, s’évertue à les sauvegarder.
 
Elle va lancer une opération séduction dans les collèges, avec l’aide du Département, dès la rentrée scolaire 2017-2018 : des musiciens interviendront dans plusieurs établissements pilotes, afin de faire découvrir les instruments aux collégiens et de susciter de nouvelles vocations.
 
Cette opération ne saurait occulter l’ampleur des missions de la CMF-Isère, qui contribue largement à la vitalité de la pratique musicale dans le département.
 
Outre l’organisation de séjours musicaux, de festivals et de stages de direction d’orchestre, il lui appartient d’organiser les examens départementaux de formation musicale de fin de deuxième cycle, qui concernent de 120 à 150 jeunes Isérois chaque année. 

 

 CLIQUEZ POUR AGRANDIR 

infographie-batteries-fanfares-iseremagcdrjpg_0.png
 
Publié le : 
06 juin 2017