LES BIBLIOTHÈQUES

FACE À L'ILLETRISME

Citoyenneté

En Isère, 47 000 personnes seraient en situation d’illettrisme. Le Département s’appuie sur les bibliothèques pour les aider. 

Par Annick Berlioz

Sabrina a vaincu l’illettrisme en poussant les portes du Lefop. Elle travaille aujourd’hui comme aide médico-psychologique dans une maison de retraite.

 
“Je suis sortie de l’école à 15 ans sans savoir lire, écrire et compter. C’était une grande source de souffrance au quotidien : je ne pouvais ni remplir un chèque, ni aider mes enfants à faire leurs devoirs. Cela m’a aussi handicapée dans ma vie professionnelle, j’ai refusé une promotion de peur de ne pas pouvoir y arriver”, témoigne Sabrina, De Palma, 57 ans. 
 
En 2008, Sabrina a poussé les portes du Lieu d’étude et de formation personnalisée (Lefop), une association grenobloise qui vient en aide aux personnes en situation d’illettrisme par des formations individualisées.
 
“Les personnes dites illettrées ne sont pas analphabètes. Elles ont appris à lire et écrire, mais oublié au fil des années. Certaines sont sorties du cursus scolaire sans les bases nécessaires pour être autonomes”, explique Isabelle Kraft, coordinatrice du centre de ressources illettrisme de l’Isère.
 
Aujourd’hui, 2,5 millions de Français, dont 47 000 Isérois sont concernés, soit 7 % de la population. 
 
 
 

> L'ILLETRISME N'EST PAS UNE FATALITÉ

 

Le Département, responsable de la lecture publique en Isère, a décidé de s’appuyer sur les bibliothèques pour les aider. “Depuis 2014, nous mettons en place des actions de prévention avec les bibliothécaires, mêlant formation et accompagnement des assistantes maternelles et actions en direction des enfants de moins de 3 ans. L’objectif est de donner le goût de lire aux tout-petits, mais aussi de toucher les parents”, explique Christel Belin, directrice de la médiathèque départementale de l’Isère. 
 
L’autre enjeu est de dédramatiser l’illettrisme. Depuis 2016, le Département aide les bibliothèques à organiser des actions culturelles à destination des personnes en difficulté. L’idée ? Utiliser la musique, le slam, le théâtre, les arts plastiques ou numériques pour aborder l’écriture et la lecture d’une manière ludique et susciter la créativité.
 
Plusieurs projets sont en cours sur le territoire, comme des ateliers contes à destination des écoles primaires dans le Roussillonnais ou encore des séances de découverte des albums jeunesse à Saint-Martin-d’Hères.
 
La lutte contre l’illettrisme passe aussi par la formation des bibliothécaires et la mise à disposition d’outils adaptés. “Les personnes en situation d’illettrisme sont souvent invisibles. Elles utilisent des stratégies pour se faire oublier, comme prétendre avoir oublié leurs lunettes pour ne pas avoir à lire un panneau. Nous devons savoir interpréter les signes et les orienter vers les structures habilitées pour les aider”, explique Alice Vernois, chargée du projet illettrisme au Département.
 
Avec le centre de ressources illettrisme, la médiathèque départementale a élaboré une malle pédagogique avec des documents (films, livres, musique…) destinés au public éloigné de l’écrit.
 
Depuis 2016, une journée de prévention et de lutte contre l’illettrisme est organisée en septembre.
 
L’illettrisme n’est pas une fatalité. Sabrina s’en est sortie. Elle a suivi une formation, a obtenu un diplôme d’aide médico-psychologique et travaille aujourd’hui dans une maison de retraite.
 
 
 

REPÈRES

 

> CINQ ASSOCIATIONS SPÉCIALISÉES

  • Le Lieu d’étude et de formation personnalisée (Lefop) : Centre social Abbaye, 1, place de la Commune-de-1871, à Grenoble. 06 81 38 97 92.
  • Savoirs pour réussir. 53, place Saint-Bruno, à Grenoble. 04 76 54 47 01 (pour les 16-25 ans).
  • Rebond Lire Vienne : Centre socioculturel, 6, rue Louis-Leydier, à Pont-Évêque. 04 74 58 48 54.
  • Rebond Lire Roussillon : 15, rue Wagner, à Salaise-sur-Sanne. 07 68 28 43 07.
  • Ose savoir : 21, quai de la Bourbre, à Bourgoin-Jallieu. 07 83 63 07 38.
  • Numéro Vert gratuit destiné aux personnes en situation d’illettrisme : 0800 111 035.
 
Publié le : 
06 juin 2017