Associations

ils s'engagent

Associations
  • Des "nanas" qui s'engagent - Crédit photo / DR

Femmes d'affaires et de coeur

Par Sandrine Anselmetti


Créée en 2015, Bandananas est une association de femmes chefs d’entreprises sur le territoire des Vallons de la Tour, en Nord-Isère. Un nom inspiré par le bandana rose, devenu l'emblème fièrement porté par cette bande de "super nanas". 

« Notre idée, c’est de générer des affaires entre nous ou de nous recommander mutuellement : un système gagnant-gagnant, pour que les unes fassent travailler les autres », explique Laurence Perrod, la présidente.

38 métiers différents

Afin d’éviter les concurrences internes, ce réseau professionnel fonctionne sur le principe d’une personne par domaine d’activité. De la mode au BTP, en passant par la publicité ou la pâtisserie, les 38 membres représentent donc 38 métiers : taxi, expert-comptable, avocate, infirmière, vitrailliste…

« On découvre d’autres secteurs. C’est la condition pour être sereines », souligne Laurence. Et ça marche : en un an, les Bandananas ont généré 150 000 euros de chiffre d’affaires entre elles.

Un réseau solidaire

Une histoire de business, mais pas seulement : « On partage les mêmes problématiques de femme, de mère, de chef d’entreprise. Il y a une grande solidarité entre nous. On s’apporte un soutien moral et des coups de pouce dans la gestion du quotidien », témoigne Laurence.

Un esprit d’entraide qui dépasse le cercle du réseau, puisque les Bandananas organisent aussi des évènements festifs caritatifs, pour dynamiser leur territoire et se mobiliser au profit de causes qui leurs tiennent à cœur.


www.bandananas.fr

  • Crédit photo/F.Pattou

Une épicerie solidaire pour tous

Par Sandrine Anselmetti


Pain, laitages, conserves, fruits et légumes… Comme dans une épicerie traditionnelle, on y trouve de tout. Mais au Panier de Léontine, à Bourgoin-Jallieu et Villefontaine, les étiquettes affichent deux prix.

« Ce sont des épiceries solidaires : ici, les personnes en difficulté financière peuvent acheter des produits 50 % moins chers que le prix moyen du marché », explique Michèle Bonnetto, la présidente. Depuis janvier, les deux épiceries sont ouvertes à tous, sous réserve d’une adhésion annuelle de 5 euros.

400 personnes aidées en 2015

La tarification est modulée en fonction des ressources des clients : un prix "bénéficiaires" pour les personnes orientées par les travailleurs sociaux et un prix normal pour les autres« Notre association a un an, mais l’activité existe depuis 2009, date à laquelle Le Secours catholique a ouvert une première épicerie sociale à Bourgoin-Jallieu, puis une seconde à Villefontaine, en 2012 », souligne Michèle Bonnetto.

Le Panier de Léontine est aujourd’hui une association autonome, avec 64 bénévoles sur les deux sites. En 2015, l’association a accueilli 123 familles bénéficiaires, correspondant à 400 personnes.

Manger mieux et moins cher

Un moyen de leur donner accès à une alimentation équilibrée (dont des produits locaux et bio) et de les aider à rééquilibrer leur budget grâce aux économies réalisées. Pour favoriser le lien social, l’association propose aussi des animations sur la santé et l’alimentation, ouvertes à tous.


Contacts :

04 37 03 46 16 (Bourgoin-Jallieu) ou 09 80 66 11 37 (Villefontaine).

www.gesra.org

Cliquez sur la carte

  • Crédit photo/DR

Chasseurs de fantômes

Par Véronique Granger


Peut-on trouver de l’eau avec un pendule ? Guérir par une imposition des mains ? Se fier aux pouvoirs divinatoires du Y-King ?

Voici quelques uns des sujets d’enquête dont est régulièrement saisi l’Observatoire zététique (OZ) par des habitants dubitatifs. Créée en 2003 à Fontaine par un groupe de copains sceptiques, cette association apolitique, forte d’une trentaine de membres dans toute la France, intervient pour étudier les phénomènes réputés paranormaux ou surnaturels selon des méthodes d’investigation rigoureusement scientifique.

Enquête scientifique

« La zététique, l’art du doute, est une démarche d’autodéfense intellectuelle. Comment se méfier de ses propres croyances pour regarder le monde tel qu'il est et non comme on a envie de le voir, ou tel que quelqu'un nous le montre ? La méthode scientifique permet de remplacer je crois par je sais », précise le vice-président Florent Martin.

Parmi les faits d’arme de l'association : la capture d’un « vrai » fantôme dans un petit village du sud-ouest de la France, il y a quelques années : « On nous avait signalé une incroyable histoire de dame blanche qui apparaissait chaque soir près d'une église. Apres trois jours sur place, on a démasqué un groupe de gamins ! » Toutes les enquêtes sont détaillées sur le site de l’association. L’OZ organise régulièrement des conférences.


Contacts :

06.63.08.22.91 (Florent Martin)

www.zetetique.fr - contact@zetetique.fr

Publié le : 
04 avril 2016