Le télémark

aux origines du ski

A fond

Le télémark est, pour les puristes, la glisse originelle, avec l’esprit de liberté en plus. Attention au risque d'addiction !

Par Richard Juillet, photos Cathy Gadenne

Ils sont toujours plus nombreux sur les pistes, enchaînant virage sur virage, avec cette posture étrange qui évoque la génuflexion. Les télémarkeurs aiment le beau geste, sobre, ajusté, que seule la technique du virage « télémark » peut apporter.

Une approche du ski qui nous renvoie à ses origines, lorsque celui-ci était pratiqué avec des fixations à câble. Libérant le talon, elles permettaient de gravir les pentes — comme en ski de fond — puis de les descendre à l’aide d’un ou deux bâtons.

Le retour en grâce d'une pratique "vintage"

Supplanté par le ski alpin dans les années 1930 et la technique du virage « christiania », le télémark revient aujourd’hui en force dans tous les massifs français. Particulièrement dans le Vercors où une association, Vercors Telemark, promeut cette discipline nordique.

Pour son président, Jean-Charles Borel, l’essayer, c’est l’adopter. « J’en avais assez du ski alpin, je voulais changer de glisse, explique-t-il. Le télémark est un peu plus physique que le ski alpin, car il fait davantage travailler les cuisses. Mais le milieu est plus convivial et davantage porté sur une pratique plaisir que compétitive. »

A la portée de tous les skieurs

Tous les mercredis soirs, de janvier à mars, les bénévoles de Vercors Telemark animent des séances d’initiation nocturnes entre 20 et 22 heures, au téléski du Claret, à Autrans. L’association, qui dispose de son propre matériel, organise aussi des journées découverte dans des stations de l’Isère et de la Drôme — au col de l’Arzelier et celui du Rousset notamment — ainsi que des stages pour enfants.

Il n’est pas nécessaire d’être une « bête » de glisse pour pratiquer le télémark. Un petit acquis en ski de fond, alpin ou en snowboard suffit. En revanche, même si le vieil adage montagnard rappelle que « c’est par la chute que l’on progresse », il est conseillé de prendre une à deux heures de cours auprès d’un moniteur de ski pour acquérir les gestes de base.

Toutes les écoles de ski des stations iséroises enseignent aujourd’hui cette discipline, même si la location du matériel — skis et chaussures spécifiques — n’est pas encore possible partout.

Une compétition à ne pas manquer

Pour en savoir plus sur la pratique du télémark, rendez-vous le 26 mars 2016 à Corrençon-en-Vercors pour la 21e édition de la Calcaire Classic, la grande manifestation de fin de saison de la spécialité.

Affutés ou déguisés, juniors ou seniors, tous les télémarkeurs d'Isère et d'ailleurs sont les bienvenus. Bonne humeur obligatoire !


Pour en savoir plus :
www.vercors-telemark.info

Publié le : 
02 février 2016