Gens d'Isère
  • Laurent Berge, musher, participe aux plus grandes courses internationales.

Chef de meute

Avec ses superbes huskies, Laurent Berge, 43 ans, participe aux plus grandes courses internationales, partout en Europe. « Amoureux des chiens et grand sportif, j’ai trouvé dans la course de traîneau le moyen d’associer mes deux passions », témoigne-t-il.

Depuis dix ans, il pratique ce sport à haut niveau. Il est aussi directeur technique de la Fédération française des sports de traîneau. Avec son épouse Nathalie, il a quitté la Charente-Maritime en 2011 pour s’installer à Veyrins-Thuellin, en Nord-Isère, à mi-chemin entre Lyon, où il travaille, et les montagnes : « La proximité des Alpes nous a permis d’améliorer nos résultats. »

Cinq entraînements par semaine

Deux fois vice-champion du monde sur neige, champion d’Europe sur terre et plusieurs fois champion de France, Laurent a obtenu ce palmarès avec ses huskies de Sibérie. Seul en France à courir avec deux types de chiens, il participe aussi à des compétitions avec des chiens de chasse croisés nordiques.

Au total, le couple en possède une vingtaine. Nathalie gère les soins, la logistique et la nourriture. Laurent s’occupe des entraînements (cinq fois par semaine en saison), dès cinq heures du matin. « Je passe six heures par jour avec mes chiens. La complicité, c’est primordial ! » Compétiteur dans l’âme, Laurent ne néglige aucun paramètre : méthode, matériel, sélection des chiens… Il n’hésite pas à aller jusqu’en Finlande pour adopter un futur champion.

Par Sandrine Anselmetti


En savoir plus :
Fédération française des sports de traineau - www.ffst.info

 

Descendre l’Etna en fauteuil tout-terrain

« Lorsque je me suis réveillé en salle de réanimation, j’ai immédiatement pensé à me lancer un nouveau challenge. Un truc pêchu, jamais réalisé, qui prouverait aux enfants atteints d’une maladie invalidante comme moi qu’on peut y arriver » ! Au mois d’avril prochain, Sébastien Pilot, Echirollois atteint de neurofibromatose, une maladie génétique du système nerveux, va accomplir un exploit : s’élancer du haut de l’Etna en fauteuil tout terrain (FTT) pour une folle descente de près de 10 km.

Une vie sous adrénaline

Une première mondiale qu’il prépare depuis un an avec de nombreux partenaires : l’Union nationale du sport scolaire, le Comité départemental olympique et sportif de l'Isère, la Direction départementale de la cohésion sociale, le Ring grenoblois — club de boxe où il exerce comme entraîneur —, la société MBM qui lui prête le FTT, mais aussi les élèves du collège Pierre-Dubois de Seyssinet-Pariset qui l’aident pour sa promotion et la recherche de sponsors.

A 41 ans, Sébastien n’en est pas à son coup d’essai. Sportif accompli, il a déjà sauté à l’élastique avec son fauteuil, pratiqué le parachutisme et couru plusieurs courses d'endurance. Avec cette descente de l’Etna, le défi atteint ses limites, mais Sébastien reste optimiste : « Quand vous êtes en fauteuil depuis l’adolescence, avec des artères qui peuvent éclater à tout moment, une vie sans risques vaut-elle le coup » ? Un documentaire sera tourné sur son exploit et diffusé à l’attention d’enfants handicapés.

Par Richard Juillet


En savoir plus :
Le site de Sébastien Pilot - www.ftt-etna.com/

 

Une littéraire à la tête du 5e pôle universitaire français

A 61 ans, Lise Dumasy est la première présidente de l’Université Grenoble Alpes, issue le 1er janvier 2016 de la fusion des trois universités grenobloises (Joseph-Fourier, Pierre Mendès France et Stendhal).

L'ancienne présidente de l’Université Stendhal est aussi la première femme à accéder à la présidence d’un pôle universitaire de cette dimension… et la toute première littéraire. Dans un monde académique qui tend à placer les sciences dites « dures » comme la physique ou la chimie au-dessus des sciences humaines, cette spécialiste du roman populaire français du XIXe siècle se démarque.

A la tête du 5e pôle universitaire de France

Connue pour ses ouvrages sur Alexis de Tocqueville, elle entend bien jouer la carte de la pluridisciplinarité pour hisser le 5e pôle universitaire français (45 000 étudiants, 24 facultés ou instituts, 80 laboratoires de recherche et 5 500 salariés) dans le top 100 des meilleures universités mondiales.

« Nous enseignons ici une vingtaine de langues et autant de disciplines, de la médecine à la sociologie ou l’histoire de l’art. C’est aussi une richesse pour l’Isère, et nous allons renforcer les relations avec tous les acteurs économiques, associatifs et culturels du territoire».

Par Véronique Granger


En savoir plus :
Université Grenoble Alpes - www.univ-grenoble-alpes.fr

 

Elles ont créé leur maison d’édition

Quand Maud Mathian s’est décidée à envoyer son premier manuscrit aux éditeurs, après des années d’hésitation, elle a vite déchanté : que des réponses négatives. « J’ai compris que sans réseau, dans ce milieu fermé, je n’avais aucune chance, raconte cette native de Bourgoin-Jallieu de 44 ans, qui anime des ateliers d’écriture à Grenoble. J’ai décidé de créer ma propre maison d’édition avec Michèle Gnema, illustratrice, mon amie depuis 25 ans. Elle assure la direction artistique. »

Une politique éditoriale qui fonctionne aux coups de coeur

Depuis un an d’existence, les Editions Guinet — un clin d’œil à sa grand-mère —, basées à Saint-Martin-le-Vinoux, comptent déjà cinq titres à leur catalogue. Parmi eux, le premier roman de Maud, Mathilde, le Râteau de la méduse, journal de bord déjanté d’une jeune fille en pleine crise existentielle. Mais aussi Marabunta, l’excellent polar d’une prometteuse auteure iséroise, Corinne Faure. Ou encore un livre-objet coquin, en forme de corset, les Nouvelles à effeuiller, de Damian Thaum et Michèle Gnema.

En attendant son premier best-seller, la maison d’édition fonctionne sous forme associative et les membres sont tous bénévoles. « C’est d’abord une démarche culturelle et de partage. Mais nous espèrons bien en vivre un jour ! »

Par Véronique Granger


En savoir plus :
Editions Guinet - www.editionsguinet.com

Il préside Nordic France

Montagnard à la solide expérience, Thierry Gamot, 62 ans, a été élu à la présidence de Nordic France. L'association fait la promotion des activités nordiques en France (ski de fond, biathlon, raquettes, chien de traîneaux…) et des 200 sites de pratique.

Maire d’Autrans depuis 2014, il connaît bien la structure pour en voir été le directeur de 2010 à 2015. « En 2010, Nordic France était en difficulté financière et n’avait plus de visibilité vis-à-vis de ses partenaires, la fédération de ski, le syndicat des remontées mécaniques, les moniteurs mais aussi les maires des stations de montagne, explique-t-il. Pour sauver cet outil, tout le monde s’est alors tourné vers le sénateur Jean Faure qui m’a sollicité. »

Un rapprochement fructueux avec France Montagnes

Nordic France s'est rapprochée de France Montagnes, l’association qui regroupe les principaux acteurs du tourisme de montagne, à qui elle a confié sa communication. Thierry Gamot s'est également attaché à faire monter en gamme les sites nordiques de France, tout en renforçant l'offre de formation.

Aujourd’hui, la structure, pérenne et crédible, va ouvrir d’autres chantiers comme la modernisation de la billettique avec des outils plus performants — Internet, smartphone —  ou encore les questions de servitude de passage. Des projets soutenus par les membres de son bureau, composé exclusivement d’élus locaux de tous les massifs de France.

Par Richard Juillet


En savoir plus :
www.nordicfrance.fr
www.france-montagnes.com

 

Publié le : 
02 février 2016